Histoire de l'église Saint-Martin

L'église et son ancien clocher

Suite à la guerre de Cent Ans, l'église de Nogent étant devenue trop petite et trop délabrée, Antoine de Villiers, seigneur de L'Isle-Adam, sollicite en 1487 l'aide de son frère, Louis de Villiers, évêque du diocèse de Beauvais dont dépendait alors la ville, pour construire une église plus vaste et plus proche du château familial.

La construction durera une dizaine d'années. Une première consécration de l'église Saint-Martin a lieu le 20 juillet 1499 alors qu'elle n'était pas terminée. C'est le nouveau seigneur des lieux, Anne de Montmorency, qui, à partir de 1537, reprend la construction de l'église inachevée, pour l'agrandir sensiblement.

Le portail de l'église est attribué à Pierre Lemercier (architecte de Saint-Maclou à Pontoise, de Saint-Eustache à Paris et du porche de l'église de Champagne) ou à Jean Bullant (architecte du château d'Ecouen).

Il fait sans doute partie des éléments les plus anciens de l'église puisqu'il est daté de 1537 sur la paroi de droite du portail.

Le curé d'alors, Pierre Massin, participera aux frais de construction de l'église par des dons d'argent. La pierre tombale de ce saint homme, décédé le 11 mars 1577, est adossée au mur du bas-côté nord, à proximité des fonts baptismaux. Une deuxième consécration de l'église est effectuée le 1er octobre 1567 en présence d'Anne de Montmorency, peu de temps avant la mort de ce dernier à la bataille de Saint-Denis.

C'est un monument du début de la Renaissance, avec quelques souvenirs gothiques, telles les voûtes soutenues par des croisées d'ogives et des arcs-boutants contenant la poussée des murs.

Dans la nuit de Noël 1661 un violent incendie dévaste l'église et le clocher. Les cloches sont fondues ou brisées, la voûte s'effondre, les arcs-boutants se rompent, les murs s'ouvrent. Le Prince Armand de Bourbon Conti contribue à la reconstruction de l'église et du clocher.

Une chapelle funéraire est rajoutée en 1777, dans le transept nord de l'église, pour y recevoir le 2 août de la même année le cercueil de Louis-François de Bourbon Conti, décédé à Paris dans sa maison du Temple le 2 août 1776. En attendant la construction de la chapelle, le cercueil sera déposé sous une dalle du choeur.

Pendant la Révolution, l'église subira vandalisme et sacrilèges : statues détruites ou mutilées, cloches retirées pour en faire des canons, reliquaire de Saint Godegrand dérobé, utilisation de l'église comme grange à blé... Le curé Jean-Baptiste Martin sera même interné dans les prisons de Pontoise pendant 15 mois.

Un cimetière entourait l'église jusqu'en 1832, date de son transfert au nouveau cimetière (emplacement actuel). Il sera remplacé par un jardin bordé d'une belle grille offerte en 1856 par Pierre-Charles Dambry, maire de L'Isle-Adam.

L'abbé Grimot, curé de L'Isle-Adam de 1848 à 1885, vice-président de la société Historique et Archéologique de Pontoise et du Vexin, dote l'église d'un superbe mobilier (chaire, retable, fonts baptismaux, stalles, ...).

Il fait restaurer le portail, installer de superbes vitraux, du maître-verrier Gaspard Gsell. En 1869, il fait surélever le clocher dans un style Renaissance (sur le modèle de l'église de la Trinité de Paris). Quelques années plus tard, il entreprend la construction de la chapelle de la Vierge, avec l'aide des architectes Roguet et Boileau, et fait placer au dessus de l'autel une statue de la Vierge en bois polychrome.

Cette chapelle est consacrée le 13 juillet 1878 par Monseigneur Antoine-Paul Goux, évêque de Versailles.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en juin 1940, l'église a souffert des tirs d'artillerie entre les armées allemandes et françaises : les statuettes du portail ont été mutilées par les éclats d'obus, la toiture endommagée et une bonne partie des vitraux, brisée. De nouveaux vitraux seront installés dans le chœur en 1968.

Depuis l'an 2000, les anciens vitraux sont progressivement restaurés et remontés dans leurs fenêtres d'origine.

En juin 2010, l'église est fermée au culte pendant une année entière pour permettre à nouveau une importante restauration : nettoyage extérieur du bâtiment, restauration des pierres endommagée sur la façade nord et le chevet de l'église, réfection de la toiture du bas-côté nord, aménagement du parvis, installation d'un éclairage événementiel...

L'intérieur n'est pas oublié : nettoyage des murs, installation d'un chauffage par le sol, réfection du dallage, mise en valeur des pierres tombales… 

La crypte contenant le cercueil de Louis-François de Bourbon Conti est dotée d'un plafond de verre et éclairée afin de permettre aux visiteurs de voir le cercueil étonnamment bien conservé. Le 2 juin 2011, jour de l'Ascension, l'église restaurée est inaugurée par le maire Axel Poniatowski.

En septembre 2012, la Ville s'est vue décerner le prix Régional des rubans du Patrimoine pour la qualité de sa restauration.

Portail de l'église Saint-Martin
Pierre tombale adossée au mur
Intérieur de l'église
Intérieur de l'église
Extérieur de l'église
Intérieur de l'église
Intérieur de l'église
Vitraux
Église Saint-Martin
Crypte contenant le cercueil de Louis-François
Église Saint-Martin
Repères : 

L'ensemble de cette église a été inscrit à l'inventaire des monuments historiques le 18 mars 1927 et définitivement classé le 8 décembre 1941.

Hôtel de Ville

45 Grande Rue
95290 L'Isle-Adam
Tél. 01 34 08 19 19

Horaires d'ouverture :
Du lundi au jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
Le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h
Le samedi de 8h30 à 12h

Le Castelrose

Mairie-annexe - Services administratifs

1 avenue de Paris
95290 L'Isle-Adam
Tél. 01 34 08 19 07

Horaires d'ouverture : 
Lundi, mardi, mercredi, jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
Le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h
Le samedi de 8h30 à 11h30 (état-civil, passeport et CNI)

  Ville fleurieLes plus beaux détours de FranceCharte du Bien Vieillir en Val d'Oise

randomness