Discours de Sébastien Poniatowski

Discours des vœux de Sébastien Poniatowski - Maire de l’Isle-Adam

13 janvier 2019 à 11h - Centre sportif Amélie Mauresmo

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Je tiens en tout premier lieu à remercier chaleureusement la centaine de jeunes Adamois, acteurs du film que vous venez de découvrir, qui se sont investis dans ce tournage avec enthousiasme parce qu’ils aiment leur ville. Je remercie également leurs parents de les avoir soutenus et encouragés, ainsi que les associations et entreprises qui ont joué le jeu avec tant d’entrain. Et je demande à tous ces jeunes qui sont devant moi de se lever et de saluer leur public.

C’est un réel plaisir pour moi, partagé avec l’ensemble des membres du Conseil Municipal, de vous accueillir aujourd’hui à ce traditionnel rendez-vous des vœux.

Je tiens à remercier et à saluer les élus qui ont répondu à notre invitation et qui sont présents parmi nous.

L’ensemble des forces de gendarmerie de L’Isle-Adam représentées par :

La chef d'escadron Diane BEUCLER, commandant la compagnie de gendarmerie de L'Isle-Adam

La Capitaine Sophie BERNARD commandant la Brigade Territoriale Autonome de gendarmerie de L'Isle-Adam

Le Major Philippe CREMERS du poste à cheval de L’Isle-Adam

Les services des sapeurs-pompiers du Val d’Oise et de L’Isle-Adam représentés par :

Le Commandant Mickaël Mazoué

Le Lieutenant Gaël Hervieu, Chef de centre de L’Isle-Adam
 

Merci aussi à l’ensemble des acteurs et partenaires de notre ville : nos entrepreneurs, nos commerçants, nos responsables associatifs et nos syndicats intercommunaux qui contribuent au dynamisme de notre commune.

Merci aussi à l’équipe municipale, aux adjoints et aux conseillers, je veux le souligner, très investis dans leurs missions et qui m’accompagnent quotidiennement, avec beaucoup d’énergie et de dévouement au service des Adamois et de L’Isle-Adam,

Merci à tous les agents de notre Ville et de notre communauté de communes, ainsi qu’à leurs chefs de service, je le souligne aussi, pour leur implication et leur sens du service public et de l’intérêt général.

Je tiens enfin à saluer tout particulièrement le maire honoraire de notre Ville Axel Poniatowski, qui me fait l’honneur de sa présence.

Cette année les élus du Conseil municipal ne sont pas seuls sur l’estrade. Je tiens à vous présenter notre tout nouveau Conseil municipal des jeunes qui est entré en fonction le 24 novembre dernier pour un mandat de 2 ans. Ces jeunes Adamoises et Adamois, élus dans leurs écoles et collèges vont participer à la vie municipale, être force de proposition et porter des projets qui leur tiennent à cœur. Je tiens à les en féliciter et les remercier très sincèrement de leur engagement.

J’associe à ces remerciements pour leur investissement au service de notre Ville, notre Conseil des Sages qui a pour mission d’éclairer de ses avis le Conseil Municipal sur un certain nombre de sujets municipaux, et qui a fêté cette année ses 10 ans. J’ai demandé à son président, Hubert Tardif, d’être aussi aujourd’hui à nos côtés.

Je prends quelques instants pour vous présenter ces deux instances importantes car au-delà de leurs missions, elles incarnent aussi cette volonté que nous avons à l’Isle Adam de favoriser les initiatives qui permettent aux générations de créer du lien. Ces initiatives, que nous appuyons à travers les écoles, les résidences seniors et le centre d’action sociale de notre Ville, sont essentielles et contribuent aussi à la construction de l’avenir de notre Ville et de notre territoire.

Un avenir auquel nous œuvrons avec l’équipe qui m’entoure, tant notre action quotidienne est dirigée vers cette volonté que nous avons de poursuivre une politique, respectueuse de notre cadre de vie, sans cependant nous affranchir d’un développement équilibré ; une politique qui rend notre ville vivante et active, en s’appuyant sur le dynamisme de ses habitants, de ses associations et de ses commerces, de son tourisme et de ses activités culturelles ; une politique qui permette à chaque Adamois de trouver sa place, de s’épanouir et de vivre en sécurité.

Cette politique est l’ADN de notre Ville Parc et de cette équipe que j’ai l’honneur de conduire. Elle nous permettra en 2019 d’achever les principaux projets sur lesquels nous nous sommes engagés en début de mandature et de poser les bases de nos futurs projets.

- Une ville respectueuse de son environnement et de son cadre de vie

La protection de notre environnement nous a conduits à créer sous cette mandature, la zone de biodiversité de la Rosière et si elle est aujourd’hui globalement achevée, le travail doit se poursuivre. Nous continuerons donc cette année à y investir, à y organiser des animations, et à y accueillir à compter du mois de mars des moutons, des chèvres, des vaches, en plus de nos abeilles, de manière à ce que cette zone puisse être un vrai lieu de promenade fréquenté par les Adamois et un outil pédagogique et de sensibilisation à la faune et à la flore pour les enfants de nos écoles.

C’est aussi pour améliorer encore notre cadre de vie que nous avons contribué aux travaux entrepris par le Syndicat Mixte des Berges de l’Oise visant à rénover les murs du bras de l’Oise en centre-ville. Au cours des prochains mois ces travaux s’achèveront avec la revégétalisation des rives de l’Ile de la Cohue.

Le développement de nos pistes cyclables procède du même constat. Il nous faut continuer à permettre à tous les usagers qu’ils soient en voiture, à vélo ou à pied, de circuler en toute sécurité. Nous poursuivrons la mise en œuvre de notre schéma directeur des circulations douces adopté en 2017, et donc des réalisations concrètes, à l’image des nouvelles pistes cyclables qui ont été créés en 2018 rue Jean Droit à l’entrée du collège Pierre et Marie Curie, aux abords de notre nouvelle de spectacles mais aussi autour de la place du marché. En 2019, nous entreprendrons de nouvelles réalisations concrètes dans le cadre des travaux d’aménagement de l’avenue Paul Thoureau.

Je souhaite en effet dans les deux années à venir faciliter la circulation avenue Paul Thoureau, entre le carrefour de la piscine et la zone de la Rosière, en particulier la desserte du stade, celle du futur quartier du port et bien sur les étangs de la Garenne ainsi que la zone de biodiversité.

La première étape de ce projet, c’est ce que nous avons entrepris dans le cadre de notre contrat départemental et régional ces derniers mois, en sécurisant le carrefour de la piscine. L’étape suivante sera de réaménager complètement d’une part l’avenue Paul Thoureau, et d’autre part le chemin vert, en requalifiant la chaussée et en y aménageant de bout en bout un trottoir et un aménagement cyclable. Ces travaux se coordonneront fin 2019 et dans le courant de l’année 2020, avec les travaux de Port l’Isle Adam, qui est entré dans sa phase active de construction et dont les premières livraisons sont prévues au début de l’année 2020.

Nous poursuivrons également cette année notre politique d’investissement visant à entretenir et restaurer lorsque cela est nécessaire nos rues et nos trottoirs, à enfouir nos réseaux et aussi à entreprendre des travaux de plus grande ampleur, à l’image de ce qui continuera d’être réalisé rue Saint Lazare conjointement avec le Conseil départemental.

Notre cadre de vie, c’est aussi tout mettre en œuvre pour garantir aux Adamois un habitat agréable. C’est ainsi que nous avons toujours par le passé demandé aux bailleurs sociaux de notre ville d’entretenir convenablement les logements sociaux sous leur responsabilité. J’ai le plaisir d’annoncer que dans le cadre de ces échanges, le Logis Social, entreprendra d’importants travaux de rénovation et d’amélioration dans la résidence de l’Abbé Breuil en 2020, à la fois à l’extérieur des immeubles mais aussi dans les parties communes. Nous organiserons une réunion publique avec le Logis social et son Président, Monsieur Campagne, d’ici l’été afin de présenter ces travaux aux habitants de la résidence.

- Une ville vivante, active, grâce au dynamisme de ses habitants, de son milieu associatif, de ses commerces et de son activité culturelle et touristique :

Pour qu’une ville soit vivante et attractive, la municipalité doit pouvoir s’appuyer sur les acteurs de terrain. Je pense aux associations bien sûr mais également au monde économique, lesquels sont porteurs de notre projet collectif. C’est ce travail partenarial que nous avons su entretenir au fil des ans, qui façonne l’identité de notre ville et lui donne son dynamisme.

Pour être bien dans sa ville, il faut y trouver des services de proximité qui répondent à nos besoins. Nos commerces et notre marché sont, à ce titre, essentiels. Il nous faut les préserver grâce à une action volontaire, en n’hésitant pas à préempter lorsque cela est nécessaire pour que l’offre commerciale puisse rester vivante, variée et de qualité. Et j’ajouterai que c’est encore plus vrai en ce moment-même avec les évènements auxquels nous sommes confrontés.

De la même façon, nous continuerons à créer des places de stationnement publiques. En 2019, nous envisageons d’en aménager 110 supplémentaires avenue Paul Thoureau à proximité des terrains de Tennis. A cela s’ajoutent les places que nous avons demandé à l’aménageur de la résidence rue Mellet de réaliser dans le centre-ville, mais aussi les places que la Clinique Conti, après bien des années d’insistance de notre part, a finalement décidé d’aménager et je m’en réjouis.

Ces places de stationnement publiques sont nécessaires pour protéger et développer nos commerces. Elles ont un corollaire, ce stationnement est payant à proximité immédiate des commerces, de façon à éviter les voitures ventouses et permettre aux clients de se garer facilement. Nous ne reviendrons pas sur ce principe. J’ai cependant décidé, après avoir pris le temps de rencontrer et de discuter longuement avec un certain nombre de commerçants, de proposer au Conseil municipal d’assouplir cette règle, en autorisant deux heures de gratuité par jour au lieu d’une heure aujourd’hui.

L’économie de notre territoire, c’est aussi notre politique culturelle, la protection de notre patrimoine et le développement du tourisme dans la Vallée de l’Oise. En 2019, nous continuerons à soutenir le musée Jacques Henri Lartigue dans ses acquisitions et l’organisation de ses expositions, mais nos efforts continueront aussi à être dirigés vers la poursuite de la réalisation de l’orgue de l’Eglise Saint Martin, qui devra surmonter encore quelques contraintes administratives imposées par les services de l’Etat et passer de sa phase d’étude déjà bien avancée à sa phase de construction.

L’offre médicale participe également au développement de notre ville. J’ai reçu tout au long de l’année les médecins et de nombreux membres du corps médical de notre ville afin d’identifier leurs difficultés et d’envisager la meilleure façon de les aider et de renforcer l’offre médicale à l’Isle Adam. Cette démarche nous a permis d’accueillir un nouveau médecin généraliste rue Chantepie-Mancier en 2018. Mais nous irons plus loin en 2019. D’abord en affectant un local commercial situé à La Garenne et propriété de la Ville, à l’accueil de deux médecins – cela nécessite un aménagement qui est en cours de réalisation. Ensuite en préemptant un second local commercial à la Garenne, situé en face du premier et que nous affecterons aussi à l’accueil de professionnels médicaux.

Nous poursuivrons également en 2019 notre politique d’investissement ambitieuse pour entretenir nos équipements sportifs, associatifs et culturels ainsi que nos écoles. Nous achèverons notamment l’équipement de toutes les écoles élémentaires de la ville en tableaux numériques, comme nous nous y étions engagés en début de mandat. L’utilisation du numérique dans l’apprentissage est une nécessité et nous souhaitons poursuivre dans cette voie, en réfléchissant à la mise en place d’autres initiatives complémentaires dans nos écoles. Il se développera d’autant plus facilement que le déploiement de la fibre optique devrait être achevé au cours du premier semestre, grâce aux efforts du Conseil départemental et du Syndicat SMO VON (Val-d'Oise Numérique), que préside mon collègue, maire de Méry-sur-Oise, Pierre Edouard Eon.

Nous financerons également dans nos écoles maternelles, à compter de la rentrée 2019, des cours d’anglais pour nos enfants de grande section et ne nous interdisons pas, si le résultat est probant, d’étendre cette proposition aux petites et moyennes sections.

Mais surtout j’aurai la joie dans quelques jours, le samedi 9 février précisément, et j’y invite tous les Adamois, d’inaugurer notre salle de spectacle, tant attendue, la Scène Adamoise, dont la construction avait été souhaitée en 2014 par Axel Poniatowski, et qui constitue le dernier grand équipement dont manquait notre Ville. Cette salle de 275 places assises permettra d’accueillir à la fois toutes nos associations mais aussi je le souhaite à terme une programmation extérieure.

Il est important de souligner que le financement de cette salle aura été rendu possible, sans emprunt, grâce à la capacité d’autofinancement de notre ville et aux subventions consenties à la fois par le département et la région. Je tiens à ce titre à remercier à la fois la Présidente de notre Région, Valérie Pécresse, sa vice-Présidente Stéphanie Von Euw présente aujourd’hui, ainsi que la Présidente de notre département Marie Christine Cavecchi et son prédécesseur Arnaud Bazin. Je sais que vous suivez de près les dossiers de notre commune et je vous en remercie. Ce sont ces partenariats institutionnels qui nous permettent aussi de faire avancer nos projets.

- Une ville où chacun se sent en sécurité

Nous continuerons également en 2019 à investir dans la sécurité des Adamois.

Nous avons en 2018 renforcé notre police municipale en augmentant ses effectifs et en modernisant son matériel. Nous avons prévu en 2019, d’ouvrir deux postes supplémentaires. Mais ce que je souhaite à terme, c’est de pouvoir disposer d’un nombre d’agents suffisants qui nous permettra de constituer une équipe de nuit.

Pour que ce travail de la police municipale soit efficace, il doit être entrepris en partenariat avec la Gendarmerie de l’Isle-Adam car c’est ainsi que nous pourrons obtenir des résultats durables en termes de protection des biens et des personnes.

Nous savons tous que nos forces de l’ordre ont été fortement sollicitées dernièrement au plan national. D’abord, dans le contexte des attentats à la suite de la tragédie du Marché de Noël de Strasbourg. Mais aussi lors des manifestations de ces derniers mois qui ont conduit à des actes de violences intolérables, inacceptables et inexcusables et qui doivent être dénoncés et condamnés sans réserve. Ces évènements les mettent encore une fois en première ligne afin d’assurer notre sécurité, et je tiens à remercier leurs représentants présents ici en votre nom à tous, de leur mobilisation, et de leur engagement malgré des moyens qui nous le savons ne sont pas à la hauteur des enjeux.

Nous travaillons enfin activement au déploiement de la vidéoprotection, conditionnée à la mise en place de la fibre optique et qui pourra se concrétiser par une première tranche d’installation à la fin du second semestre 2019. Nous souhaitons à terme pouvoir installer dans notre ville 74 caméras de nouvelle génération.

C’est l’objectif auquel nous œuvrons avec mes collègues de la communauté de communes, en particulier avec notre Président Roland Guichard qui a la tâche difficile, elle mérite d’être saluée, de coordonner les compétences dévolues à notre communauté de communes ainsi que Pierre Bemels qui suit avec beaucoup d’attention ce sujet de la vidéoprotection. La vidéoprotection est un programme de compétence communautaire, qui démontre de manière très concrète l’intérêt de la mutualisation dans notre communauté de communes de la Vallée de L’Oise et des Trois forêts. Les initiatives telles que celle-ci, dans les années à venir, nous devons les appuyer, avec toujours la volonté de permettre le développement économique, culturel et touristique de nos villes, petites et grandes, et de notre territoire, avec l’objectif aussi de rendre un service concret aux habitants, l’objectif enfin de créer des synergies et de permettre à nos collectivités et aux contribuables de réaliser des économies.

Vous l’avez compris, en ce début d’année, nos résolutions ne changeront pas. Nous continuerons à développer des projets utiles à L’Isle-Adam et aux Adamois en respectant ces principes qui nous sont chers :

Pérenniser notre budget d’investissement et notre capacité d’autofinancement qui seront identiques cette année à l’an dernier ;
Contenir notre budget de fonctionnement, que nous avons réduit de 600.000 € depuis le début de la mandature tandis que l’Etat a baissé ses dotations ;
Poursuivre le désendettement de notre Ville ;
Ne pas augmenter les impôts de la Ville comme nous nous y étions engagés.

Nous mènerons cette politique à notre échelle sur notre territoire, mais dans un climat national difficile et violent, tant cette révolte que notre pays traverse trouve ses racines dans une souffrance et dans une colère, qui sont profondes et anciennes. Nos dirigeants doivent comprendre que notre pays n’est pas une entreprise, mais une nation pétrie d’humanité et d’histoire et que si ces manifestations que l’on observe semaines après semaines sont le résultat d’une souffrance et d’un sentiment d’abandon, elles sont aussi le fruit d’une soif de démocratie et de liberté à laquelle il faut répondre par plus de décentralisation.

C'est-à-dire en confiant plus de responsabilités et de liberté aux représentants des régions, des départements et des communes, ceux qui sont à portée de voix des citoyens, qui sont au plus près des préoccupations des administrés, en renforçant la présence des services publics locaux. En mettant aussi un terme à la dilution des pouvoirs et des responsabilités et en offrant aux citoyens les moyens de saisir leurs représentants afin de les mettre face à leurs devoirs.

Décentraliser c’est aussi fonder une politique sur ces valeurs, dont il n’est pas interdit de faire usage même si elles sont anciennes, que sont l’écoute et la proximité. Car ces valeurs sont la seule voie pour construire cette relation de confiance entre les citoyens eux-mêmes mais aussi entre les citoyens et leurs élus. Une confiance qui est indispensable au bon fonctionnement de notre démocratie, et qui nous permettra tous ensemble de partager une vision, un cap, nécessaires pour préparer notre avenir et celui de nos enfants. C’est cela que l’on attend des dirigeants.

Alors le Gouvernement a fait le choix de lancer un débat. Je pense pour ma part que le temps du débat s’est refermé en 2017, et que ce dont nous avons besoin aujourd’hui c’est d’une vision, d’actions et de décisions. J’ai surtout cette inquiétude, comme beaucoup, que notre pays une fois de plus s’enfonce dans l’immobilisme à force de ne pas réduire ses dépenses ni de se réformer et qu’il s’y enfonce seul, isolé de ses partenaires européens. Je crois cependant qu’il est plus utile et fertile de s’exprimer en liberté dans un cadre structuré et respectueux que de le faire dans l’anarchie et la violence. C’est ce qui ont conduit beaucoup de communes, nous l’avons fait aussi ici à l’Isle Adam, à mettre à disposition des habitants des cahiers de doléances.

J’espère donc de toutes mes forces que ce débat contribuera au moins à ramener de la sérénité pour que la parole, la souffrance et la colère des uns, sincères, ne soient plus volées par les casseurs et les extrêmes qui délibérément font mal à nos institutions, à notre économie, à notre pays.

Cela ne sera cependant possible que si les organisateurs de ce débat, en s’appuyant sur les services de l’Etat, mettent sur la table les vrais sujets, que sont la prospérité de notre pays et de nos territoires, la place que nous accordons au travail, à l’autorité, à la justice, à l’éducation, à la famille, à la protection de notre environnement, à nos services publics, à notre politique de flux migratoire, à la place de notre pays en Europe et la place de l’Europe dans le monde, à notre identité, notre culture, et notre contrat social.

Cela ne sera possible aussi que si ce débat ne tombe pas dans le piège des revendications catégorielles, et qu’il puisse en sortir, une volonté affirmée une fois pour toute, de mener ces réformes justes et nécessaires dont l’absence nous fait tant défaut.

Voilà le dernier vœu que je formule pour cette année 2019.

Avec l’ensemble des élus qui m’entourent, je vous souhaite à vous, ainsi qu’à tous vos proches une année 2019 pleine de projets, de défis, d’engagement, de moments de joie partagés, en famille et en amitié.

Alors comme il est de tradition, je vais maintenant remettre la médaille de la ville de L’Isle-Adam pour service rendu à la commune. Seulement cette année, ce n’est pas à une seule personne que je souhaite la remettre mais à l’ensemble du corps des sapeurs-pompiers de L’Isle-Adam, qui représente tous les pompiers qui ont servi et qui servent aujourd’hui dans notre commune.

Cette année, nos pompiers ont réalisé 1630 interventions sur l’ensemble du secteur et 961 interventions à L’Isle-Adam même, pour prendre en charge 793 victimes, et éteindre 3 incendies d’ampleur en octobre et novembre derniers.

Je veux les remercier de la continuité de notre centre de secours, de leur investissement au service de la population de notre territoire qui dépasse les frontières de notre ville (Parmain, Butry sur Oise, Mériel), de leur bravoure, parfois de leur patience aussi, d’être tout simplement les dignes représentants de leur devise « courage et dévouement. »

Je vais maintenant appeler le chef de centre et les anciens chefs du centre de secours de L’Isle-Adam qui sont parmi nous aujourd’hui.

Hôtel de Ville

45 Grande Rue
95290 L'Isle-Adam
Tél. 01 34 08 19 19

Horaires d'ouverture :
Du lundi au jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
Le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h
Le samedi de 8h30 à 12h

Le Castelrose

Mairie-annexe - Services administratifs

1 avenue de Paris
95290 L'Isle-Adam
Tél. 01 34 08 19 07

Horaires d'ouverture : 
Lundi, mardi, mercredi, jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
Le vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h
Le samedi de 8h30 à 11h30 (état-civil, passeport et CNI)

  Ville fleurieLes plus beaux détours de FranceCharte du Bien Vieillir en Val d'Oise